Août 2022 : 23ème festival « Cruis en Jazz »

Demandez le programme !!

 

Association l’AVEN

Les 5, 6 ,7, 12 et 13 août, cinq groupes vont se succéder sur la scène de la Cour du cloître de Cruis, 3 soirées New Orleans, swing, 1 soirée Blues et 1 soirée particulière où se succéderont blues,  boogie, rock, rhythm and blues etc…, selon l’inspiration de chacun.

05 août : Crawfish Wallet

 

« Crawfish Wallet » né à Bordeaux en 2017, est avant tout une aventure humaine réunissant quatre musiciens passionnés autour de la culture musicale Néo-Orléanaise d’hier et d’aujourd’hui.
« Crawfish Wallet » est aussi un Front Line original mêlant une voix authentique habitée par le blues et le swing aux sons chaleureux du trombone soutenue par une rythmique solide et expérimentée.

Après avoir pris des cours de guitare classique, Amandine CABALD-ROCHE se passionne pour le chant. Reggae, rock, fusion, jazz. Son énergie communicative et son talent la font voyager de projet en projet jusqu’à la rencontre des musiciens du « Crawfish Wallet » dans l’univers des bœufs bordelais.

Tromboniste, tubiste, pianiste, arrangeur, Gaëtan MARTIN se tourne très vite vers les musiques improvisées. Jazz Traditionnel, Big Band, Salsa, Hip Hop… Il tombe amoureux de la Nouvelle Orléans et réunit en octobre 2017 la fine équipe de « Crawfish Wallet ».

Le père de Jean-Michel PLASSAN était musicien ; il est musicien, multi-instrumentiste, autodidacte. Il a fréquenté avec professionnalisme tous les musiciens bordelais pendant 20 ans, avant de rejoindre le « Crawfish Wallet » où il assure la rythmique au banjo.

Jean-Michel au banjo, Frédéric LASNIER à la contrebasse, voici deux compères de longue date, qui assurent au sein du groupe une section rythmique efficace et authentique.

 

  • Amandine CABALD-ROCHE (Washboard et vocal)

  • Gaëtan MARTIN (Trombone)

  • Jean-Michel PLASSAN (Banjo)

  • Frédéric LASNIER (Contrebasse)

 06 août : Swing Bones & Nicolas Gardel

 

Pour leur second projet « La part des anges », les Swing Bones se lancent dans l’écriture d’un nouveau répertoire aux côtés de Nicolas GARDEL, trompettiste toulousain talentueux et ami de longue date.
Nicolas Gardel débute la trompette à l’âge de 7 ans. 1er prix de trompette au conservatoire de Toulouse, il continue sa carrière en classe de jazz au CNSM puis rejoint le prestigieux Big Band de l’Armée de l’Air dirigé par S..Laferrière. Parallèlement, il entame une carrière de sideman reconnu et chacune de ses apparitions est unanimement saluée par le public et la presse aux côtés d’artistes de renom : Yuri Buenaventura, David Sanborn (trois tournées européennes), L. Mignard, H. Texier, N. Payton, Electro Deluxe, le Tuxedo Big Band, Captain Mercier, P. Laudet, R. Panossian, Zebda, Manolin, Tirso Duarte, Orchestre de chambre de Paris, 1er trompette de l’Orchestre de M. Legrand.

Jérôme CAPDEPONT (Trombone), ambianceur et chorégraphe des Swing Bones est professeur au CRR Maurice Ravel de Bayonne Côte Basque. Il a débuté le trombone avec Michel Golias au Conservatoire des Landes et s’est perfectionné ensuite au Conservatoire de Toulouse dans la classe de Daniel Lassalle où il a obtenu un premier Prix de Trombone et de musique de chambre. Il est également Trombone solo de l’orchestre Bayonne Côte Basque, membre du quintette de cuivres de Bayonne Côte Basque. Il collabore également avec le Quintette de cuivres Henri 4, le Big Band Brass, Angélique Kidjo, l’Orchestre René Coll…

Baptiste TECHER (Trombone) est l’enfant du groupe ! Baptiste commence le trombone à l’âge de huit ans à Saint-Justin avec Jean-Philippe Dumoulin puis avec Jérôme Capdepont. Il intègre le collège Jazz de Marciac et obtient en 2005 un D.E.M. Jazz dans la classe de Jacky Bérécochéa au Conservatoire des Landes. Il poursuit ses études au C.N.S.M. De San Sebastien, Musikene, avec Toni Belenger et Bob Sands. Il collabore avec le Bokale Brass Band, La Mecanica Loca, Scat avec Ainara Ortega, Dixie Five, Bayou Combo, Big Band Garonne, Big Band Brass… Prix Soliste du Breda Jazz Festival 2019 (Pays-Bas), il est l’invité du Kobé Jazz Festival 2019 (Japon).

Baptiste connait le festival Cruis en jazz, ayant participé au XXème anniversaire en 2019. Il y rencontra le tromboniste Daniel Barda, invité surprise du quintet de Jérôme Gatius.

Jérôme LABORDE (Trombone) est le coach sportif des Swing Bones, Il a suivi une formation classique à l’Ecole Nationale de Musique et de Danse des Landes avec Michel Golias et a obtenu une médaille d’Or au CRR de Bordeaux dans la classe André Siot. Il découvre le jazz dans les
années 90 et joue rapidement dans plusieurs formations. Des séjours réguliers à la Nouvelle-Orléans lui permettent de perfectionner son jeu et sa culture. Il participe à de nombreux festivals de Jazz en France et à l’étranger comme le French Quarter Festival et New Orleans Jazz festival.

Olivier LACHURIE (Trombone Basse), Maître cuisinier-rôtisseur des Swing Bones, Olivier est
actuellement professeur aux conservatoires de Toulouse et de Carcassonne. Il collabore notamment
avec l’Orchestre National du Capitole de Toulouse, l’Orchestre de Chambre de Toulouse, l’Orchestre
Baroque de Toulouse, les Sacqueboutiers de Toulouse, l’Orchestre René COLL, Big Band Brass,
Tuxedo Big Band, Big Band 31… Il accompagne en concert Richard Galliano, Gordon Goodwin, James Morrison, Ken Peplowski, Bob Wilber, Michel Leeb, David Lynx, Juliette, Lisa Simone…

Thierry GONZALEZ (Piano), tombé très jeune amoureux des touches blanches et noires de son piano, Thierry intègre la classe de jazz de Jean-Pierre Peyrebelle. Les rencontres vont se succéder et l’amener à rencontrer de célèbres musiciens avec qui il partagera la scène lors de concerts ou master-class : Roy Haynes, André Ceccarelli, Daniel Huck, Denis Leloup, Claude Egéa, Philippe et Tony Petrucciani, Patrick Artero, Marc Thomas, James Morrison… Il crée et dirige pendant 3 ans un stage de jazz, qui, au delà du caractère pédagogique qui lui tient à coeur, lui permettra de côtoyer des artistes aussi étonnants musicalement qu’humainement : Sara Lazarus, Pierre Perchaud, Patrick Artero, Dré Pallemaerts, Benoit Sourisse, André Charlier… Il est enseignant en licence de jazz à l’université Toulouse Jean Jaurès de musicologie.

Julien DUTHU (Contrebasse), quand il ne randonne pas sur les massifs Alpins ou Ariégeois, est titulaire du DEM de jazz et DE de Musiques Actuelles enseigne la contrebasse à Music’Halle (Toulouse), aux CRD de Montauban et du Tarn et des stages d’été. Julien participe à de nombreux projets et partage la scène aux cotés de Enrico Pieranunzi, Natalie Dessay, André Céccarelli, James Morrison, Michel Leeb, Géraldine Laurent, etc… Trophée Jeune Talent du festival de Montabanet, lauréat du programme Jazz Primeur en 2009 avec le duo Duthu- Panossian, il parcourt le Monde de Taiwan à Tel Aviv, de l’Asie centrale à Montréal.

Guillaume NOUAUX (Batterie), passionné par les grands crus Bordelais, notre oenologue se passionne très jeune pour la batterie et se dirige rapidement vers le jazz. Il s’est produit sur les plus grandes scènes et festivals de jazz en France et participe régulièrement à des tournées à travers le monde. Sur scène ou en studio, il a travaillé avec de nombreux artistes de renommée internationale,
tels que : Chuck Berry, Uros Peric, Cecile McLorin Salvant, Michelle Hendricks, David Linx, Lillian Boutté, Evan Christopher, Bob Wilber, Ken Peplowski, Scott Hamilton, Harry Allen, Donald Harrison, Steve Lacy, Red Holloway, Scott Robinson, Jesse Davis, Wendell Brunious, Leroy Jones, Leon « Kid Chocolate » Brown, Warren Vaché, Duke Heitger, Dan Barrett, Wycliffe Gordon, Butch
Thompson, Dado Moroni, Jason Marsalis…

Comme Baptiste Techer, Guillaume connait Cruis, où il s’est produit à deux reprises, en 2016 en trio avec Jérôme Gatius et Alain Barrabès, et en 2019 avec Jérôme Gatius, la valeur sûre de la clarinette.

 

  • Nicolas GARDEL (Trompette)

  • Jérôme CAPDEPONT (Trombone)

  • Baptiste TECHER (Trombone)

  • Jérôme LABORDE (Trombone)

  • Olivier LACHURIE (Trombone basse)

  • Julien DUTHU (Contrebasse)

  • Thierry GONZALEZ (Piano)

  • Guillaume NOUAUX (Batterie)

 

07 août : The Rag Messengers

 

Né de la rencontre entre la batteuse Ophélie Luminati, le clarinettiste Ezequiel Celada et le pianiste Auguste Caron, « The Rag Messengers » s’empare avec bonheur du répertoire des débuts  du jazz, de la Nouvelle-Orléans à Harlem.
Ils nous entraînent dans le sillage de musiciens légendaires, de Jelly Roll Morton, inventeur autoproclamé du jazz, aux grands pianistes « stride » des années 20 et 30 ; de Baby Dodds et son frère Johnny au jeune Duke Ellington, le tout avec une musicalité et une authenticité exceptionnels.
La formule piano/clarinette/batterie, très populaire à l’époque, retrouve ici ses lettres de noblesse. Une musique qui n’a pas pris une ride près d’un siècle plus tard !

 Ezéquiel CÉLADA (clarinette) fait ses premières armes au conservatoire d’Aix-en-Provence, dans la classe de Jean-François Bonnel, à qui il doit en grande partie son amour du jazz en général, et du jazz classique en particulier. Il est un brillant soliste, non seulement à la clarinette, mais également au saxophone, où l’on peut entendre dans son jeu l’influence pré dominante de Johnny Hodges. Il se produit régulièrement dans différentes formations de Jazz allant du Big Band au duo (Nicolas Koedinger Quintet, The Shoeshiners Band…)

  Auguste CARON (piano) s’est formé au JAM avec Philippe Rosengoltz puis au CRR de Montpellier. Ses premières influences sont les grands pianistes « stride » (Fats Waller, James P. Johnson, Donald Lambert…), mais elles évoluent sans cesse au gré des rencontres. Très actif depuis 2012, principalement dans le sud de la France, on a pu l’entendre dans diverses formations de

Jazz classique (Canibal Dandies, Smoky Joe Combo, Bolden Buddies Big Band…) et plus récemment au sein du quartet qu’il dirige, the Washin’ Machines.

Ophélie LUMINATI commence la batterie à 14 ans, elle se prend de passion pour la musique de la Nouvelle Orléans et joue pendant des heures sur des vieux albums de jazz. En parallèle de ses études au conservatoire et à la fac de musicologie à Toulouse elle intègre le Bardi Manchot (New Orleans music) et commence à se spécialiser dans le style.

Après avoir obtenue son prix au conservatoire et son deug, elle multiplie les expériences de Sideman en France et à ‘internationale, elle se forge une réputation solide de batteuse spécialiste de New Orleans et de Swing jazz.

  • Ezéquiel CÉLADA (Clarinette)

  • Auguste CARON (Piano)

  • Ophélie LUMINATI (Batterie)

12 août : Frank Goldwasser Band (Blues)

 

Dès la fin des années cinquante, le jazz prend un virage radical en effectuant un retour prononcé vers le blues et la musique de dance. Puisant par ailleurs abondamment dans le répertoire gospel sans manquer de profiter de l’engouement de la jeunesse pour le Rhythm and blues, des fers-de-lance tels les organistes Jimmy Smith, Jimmy McGriff ou encore Jack McDuff ainsi que les saxophonistes Willis Jackson, Lou Donaldson et Gene Ammons créent un environnement musical particulièrement propice à des
improvisations incendiaires qui ne manquent pas de satisfaire à la demande d’un public assoiffé de sensations fortes.
Des artistes de blues tels Junior Parker, Clarence “Gatemouth” Brown ou encore le père de la guitare blues moderne T-Bone Walker s’exprimeront souvent, dès la fin des
années soixante, dans des contextes musicaux largement inspirés par ce que l’on appellera plus tard le “jazz graisseux”, ou encore l’Acid jazz”, où l’orgue Hammond B-3 et
le saxophone ténor partagent avec le guitariste le devant de la scène.

Franck « Paris Slim » GOLDWASSER aura au cours de sa carrière l’occasion de travailler avec plusieurs des organistes les plus respectés de la scène californienne des années quatre-vingts et quatre-vingt-dix, dont Jim Pugh (Robert Cray Band, Gospel Hummingbirds), Louis
Madison (James Brown), Dave Matthews (Etta James, Santana), Dover Weinberg (Paul Delay, Curtis Salgado, Robert Cray) ou encore Merle Saunders (Grateful Dead,
Bonnie Raitt), ainsi qu’avec les saxophonistes Ron Stallings, Bobby “Spider” Webb, Terry Hanck et C.A. Carr. Après quarante ans passés dans les tranchées de la scène blues de la Côte Ouest américaine, et ayant eu comme mentors des artistes Californo-Texans tels Lowell Fulson et Sonny Rhodes, le guitarist-chanteur-harmoniciste Franck L. Goldwasser,  de nouveau présent sur la scène européenne, prend le parti de s’entourer d’un trio 
orgue/saxophone/batterie qui lui fournit un contexte ample, puissant et multidimensionnel lui permettant d’évoluer aussi bien dans le blues que dans le funk.

À l’âge de cinq ans, Tommy SCHNELLER fait ses premiers pas au Conservatoire d’Osnabrück, suivis de cours de violon à l’âge de l’école primaire. Grâce à son professeur Hans Schwach, qui était clarinettiste à l’Orchestre symphonique d’Osnabrück, il découvre d’anciens enregistrements de swing, Louis Jordan, Count Basie, Duke Ellington et Satchmo. Tommy Schneller change l’instrument pour le saxophone et devient membre du big band de son école.

Tommy Schneller décrit un concert du pianiste Little Willie Littlefield comme une « expérience musicale clé ». Ce concert se termina par une improvisation à quatre mains avec Christian Rannenberg. Tommy s’impose également comme chanteur. D’autres engagements pour Al Jones et Tom Vieth ont suivi et ont confirmé la carrière de musicien professionnel du saxophoniste. Dans les années 1990, Tommy Schneller  déménage à Cologne et  devient membre du Richard Bargels Talkin ‘Blues Combo. En 1995, le premier groupe de blues a commencé à travailler avec Frank Biner. Il y joue pour la première fois avec Kevin Duvernay (basse) et Tommie Harris (batterie), qui formeront plus tard la section rythmique de son premier groupe.

Autant qu’il se souvienne, Pascal DELMAS a toujours aimé regarder son père (qui était un batteur de musique française traditionnelle) jouer des rythmes avec des fourchettes et des couteaux à la table de la cuisine. Il n’a pas tardé à s’y mettre, battre ces tambours à peau naturelle en jouant avec les disques de ZZ TOP. Après quelques années de cours de batterie à l’Agostini Drum School (Toulouse) dirigée par Daniel DUMOULIN, il s’envole pour Londres à l’âge de 22 ans en 1992. Il y travaille 5 années  avec OTIS GRAND et le Big Blues Band, enregistre et tourne avec Robert Ward, Big Lucky Carter, Earl Green etc…

En 1998, il rentre en France, travaille avec Jeff Zima, enregistre avec le Ray Big Band (Millenium Swing          , accompagne des artistes européens et américains.

Pianiste, organiste sur le remarquable Hammond B3 et son célèbre Leslie, Benoît RIBIÈRE est aussi accordéoniste, harmoniciste et chanteur.

1993-1999 fut une période riche en expériences et rencontres. Au sein de diverses formations de blues, il se produisit en 1ère parties   avec Jean-Jacques   Milteau,  Luther Allisson, Lucky Peterson, et en tournées comme accompagnateur du chanteur Chicago Beau

  • Franck GOLDWASSER (Guitare, vocal)

  • Benoît RIBIÈRE (Orgue Hammond B3-Leslie)

  • Tommy SCHNELLER (Saxo)

  • Pascal DELMAS (Batterie)

 

13 août : Deux pianos sur scène, quatre pianistes et une rythmique d’exception 

(Blues, swing, boogie…)

 

Jeune parisien d’origine pakistanaise, âgé aujourd’hui de  19 ans, et connu des spectateurs de Cruis en jazz, Nirek MOKAR revient en 2022 pour un concert au titre étonnant, puisqu’on ne retrouve pas les clichés habituels, nom d’un artiste ou d’un groupe, référence à une ancienne célébrité etc…

Ici, on annonce la couleur : il y aura 2 pianos pour 8 mains, une rythmique à toute épreuve, sans oublier, faute de place dans le titre, d’autres instrumentistes hors pairs, guitare et saxo !

Alors de quoi s’agit-il ? Nirek a été clair en demandant aux organisateurs « est-il possible de jouer un peu plus longtemps que 90 mn ? » donc, les 2 sets de traditionnels, toujours avec entracte, seront prolongés pour permettre à tous les musiciens de s’exprimer ensemble mais aussi en solo et en petite formation afin de nous régaler de blues, boogie, rock/n/roll, swing, rythm’n’ Blues etc… pour ce concert de clôture.

Les sept musiciens qui monteront sur la scène sont connus à Cruis pour les 3 premiers : Stan Noubard-Pacha, Simon Boyer et Nirek, Mokar respectivement guitare, batterie et piano. Nous aurons le plaisir de découvrir les 4 autres musiciens : Michel et César Pastre, père et fils, saxo et piano, avec Bruno Duyé et Christrophe Benz pour les deux pianistes .Nirek MOKAR a eu la chance de pouvoir écouter et voir jouer tous les grands spécialistes du Boogie-Woogie au « Paris Boogie Speakeasy » où travaillait son père quand il était tout petit qu’il a eu le coup de foudre pour le piano Boogie Woogie . Il y a une dizaine d’années, en suivant les conseils de ses aînés ( Jean-Paul Amouroux, Jean-Pierre Bertrand, Jean-Baptiste Franc…) il commence en autodidacte à apprendre sur le piano du Paris Boogie Speakeasy car il n’avait pas de piano chez lui !

Passionné par cette musique et aussi par le Blues et le Rock’n’Roll, il s’y consacre autant qu’il peut aussitôt ses cours terminés. Faisant preuve d’une maturité étonnante et d’un swing exceptionnel, il devient vite le petit chouchou des amateurs de Boogie de tout Paris mais pas que. S’il ne manque pas une occasion de venir faire le boeuf au célèbre Caveau de la Huchette, il a déjà été invité à jouer dans de nombreux festivals en France (Laroquebrou, Blues sur Seine, La Baule Jazz Festival ….) mais aussi à l’étranger ( en Suisse, Angleterre, Hongrie, Norvège et aux USA )

En Juillet 2016, il s’achète enfin un piano (numérique) pour pouvoir s’exercer chez lui au casque sans déranger les voisins !

Stan NOUBARDPACHA, à la guitare, a une belle carrière de Bluesman, au côté de Benoit Blue Boy et de nombreux artistes américains en tournées…

Stan sera associé à la batterie Simon BOYER, tous les deux souvent accompagnants de nombreux Bluesmen de grand talent français ou étrangers ;

Michel PASTRE est né à Nîmes en 1966. Musicien de jazz autodidacte, il devient professionnel en 1989 avec l’orchestre Caroline Jazz Band. De 1991 à 1998, il fait partie de l’orchestre Banana Jazz avec lequel il enregistre et tourne en France (Marciac, Ramatuelle etc…) et à l’étranger, notamment aux Etats-Unis (Aspen) et en Espagne (Barcelona, San Sebastian etc…). Il est aussi un membre important du Tuxedo Big Band depuis sa création en 1991 jusqu’en 2000.

En 1999, il crée le Michel Pastre Big Band, organise une tournée en septet avec Al Casey et Bubba Brooks, qui fera également l’objet d’un premier disque sous son nom. L’Académie du Jazz lui décerne le prix Sidney Bechet 1999.

César PASTRE est né en 1994 à Montpellier. Baigné dans le swing depuis sa plus petite enfance, le fils de Michel Pastre, l’excellent saxophoniste ténor et leader de big band s’est formé en autodidacte avant d’intégrer le Conservatoire municipal Nadia et Lili Boulanger, dans le IXe arrondissement de Paris. Fraîchement sorti des études, César Pastre –qui a suivi un cursus parallèle sur la scène du jazz, avec son père, en particulier au Caveau de La Huchette. César retrouve régulièrement Michel pour des échanges intergénérationnels et parfois pour des remplacements au sein du big band de Michel Pastre, comme ce fut le cas au Méridien en 2016.

Bruno DUYÉ, autodidacte, est piqué par le virus du boogie à l’âge de 16 ans, lorsqu’en vacances à La Roquebrou, village de son grand-père, il assiste à un concert de Jean-Paul Amouroux. Coup de foudre pour cette musique ! Il monte à 19 ans un duo avec Christophe Benz.

Christophe BENZ, complice et ami de Bruno Duyé, après une formation classique, découvre le boogie à 19 ans au festival de La Roquebrou. C’est décidé, il célèbrera la musique d’Albert Ammons, Pete Johnson et Meade Lux Lewis.

  • Nirek MOKAR (Piano)

  • César PASTRE (Piano)

  • Bruno DUYÉ (Piano)

  • Christophe BENZ (Piano)

  • Michel PASTRE (Saxo)

  • Simon BOYER (Batterie)

  • Stan NOUBARD-PACHA (Guitare)